Conception d’un chassis FPV racer 5 pouces : le redoutable G2

Ha c’est fou, noël arrive de plus en plus tôt chaque année 🙂 Cette année c’est un peu différent pour cette 3e saison du drone de noël car cette fois-ci je vais vous proposer un montage totalement custom.

J’ai passé environ 2 mois à bosser sur un chassis course en 5 pouces et je vais donc partager l’expérience avec vous. C’est parti.

1. Conception du châssis

Au départ je voulais faire un chassis 4 pouces pour avoir une petite machine mais j’ai assez vite abandonné l’idée pour éviter de racheter des composants spécifiques. J’ai déjà plusieurs 5 pouces donc je peux réutiliser les batteries, les hélices, etc.

J’ai utilisé le logiciel de CAO Fusion 360 et une imprimante 3D, voici la 1e idée :

Petit et léger mais quelques soucis de conception. Les vis moteurs pas au bon endroit, une top plate trop fine. Des bras pas assez solidement fixés au chassis. J’ai montré ce design sur le groupe CultureFPV (Facebook) et j’ai eu pas mal de retours et de pistes. Vous imaginez bien que lorsque l’on est le nez dedans on ne voit pas les défauts même s’ils sont très gros 🙂

J’ai donc laissé tomber cette approche pour partir sur un 5 pouces.

Dans les fonctionnalités que je voulais :

  • Châssis course avec batterie en dessous
  • Châssis très simple (3 composants différents seulement)
  • Possibilité de monter de l’électronique en 30×30 ou 20×20
  • Micro-caméra seulement
  • Léger et robuste mais offrant suffisamment de place pour un montage facile.

Et voici le résultat.

J’ai aussi dessiné tout un tas de pièces en 3D pour fixer la caméra FPV, l’antenne FPV et l’Immortal-T du récepteur Crossfire, des entretoises pour le contrôleur de vol, etc.

J’ai passé un certain temps à tester l’ajustement des composants en imprimant le chassis avec une imprimante 3D. L’idée est de voir si les trous sont à la bonne place, de la bonne taille, si tout s’assemble correctement. Si les composants éléctroniques logent bien, etc.

Ce processus m’a permis de voir quelques défauts et les corriger. Par exemple, l’ouverture de la caméra FPV pas assez profonde, la plaque de renfort en dessous trop fine, des trous et rainures dans les plaques mal placés, trop petits, etc.

2. Fabrication

Une fois que j’étais content du résultat je me suis posé la question de le faire découper en carbone. Il n’était pas question de faire un chassis imprimé en 3D, pas assez rigide 🙂

Et c’est pas forcement simple de faire découper du carbone. On peut passer par Armattan Productions. Mais j’ai trouvé leur processus un peu compliqué et cela allait prendre beaucoup de temps pour recevoir le chassis découpé.

J’ai aussi regardé des boites françaises qui proposent du carbone découpé, orienté aéronautique généralement. Mais le coût est plus élevé car ils fonctionnent en mode « achat d’une planche de carbone + coût main d’oeuvre + découpe ». C’est interessant si on fait de grandes séries mais pour moi non.

J’ai été orienté vers CNCDrone qui propose des découpes sur mesure. J’ai exporté mes différentes pièces en DXF (dessin 2D pour que la machine à découper puisse comprendre) et envoyées par mail.

Eh bien je dois dire que la qualité est impeccable. Voici le résultat :

En terme de prix, un châssis découpé m’a couté 55€. On va y ajouter quelques euros de visserie (spacers, vis, etc). Ca reste dans le même ordre de prix qu’un châssis du commerce équivalent.

3. Si ce châssis vous intéresse

Vous savez que depuis des années je partage avec vous mes experiences et ma passion du drone. C’est pourquoi je vous mets à dispo le chassis et ses pièces imprimées 3D sur un projet Thingiverse. Ceci vous permet de faire fabriquer le votre, voir comment c’est fait etc.

Dans le prochain article : les composants et montage du 1e prototype

Une pensée sur “Conception d’un chassis FPV racer 5 pouces : le redoutable G2”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.