Bien débuter avec un drone FPV : 2-utiliser un simulateur de vol

Si vous avez choisi une télécommande il est maintenant temps de passer à la suite. Et il se trouve que le moyen le plus simple et le plus abordable pour apprendre le vol en FPV avec un drone est d’utiliser … un simulateur.

Eh oui, pour quelques euros vous pourrez utiliser votre télécommande, connectée à un ordinateur, pour commencer à maitriser un quad de course ou de freestyle sans rien casser, sans craindre les éléments, la nuit, etc.

Il y’a quelques années j’aurais recommandé l’achat d’un petit engin pas cher mais les simulateurs commencent à être vraiment bien faits et donnent des sensations assez comparables à la réalité en terme de pilotage.

Avant de vous lancer dans le simulateur il faut vous assurer que votre télécommande peut être utilisée comme joystick. C’est par exemple standard avec les Frsky Taranis (X9D ou Q X7) qui se raccordent directement via le port USB. Par contre avec les FlySky il faudra acheter un câble spécial pour cela. Pour les autres à voir au cas par cas.

Je vous disais que ce genre de détail est important pour le choix d’une télécommande 😉

Liftoff

Mis au point avec les gens de chez ImmersionRC et FatShark, Liftoff est un des simulateurs avec le meilleur comportement physique (réalisme du vol du quad). Il dispose de plusieurs modèles de quads plutôt sympas et la prise en main est assez simple une fois la télécommande configurée. Vous avez accès à de vrais circuits de la DCL (le circuit de Paris sur les Champs-Elysées notamment).

Le jeu est distribué via la plate-forme Steam. Ceci facilite donc son utilisation et sa mise à jour et il est dispo sur PC, Mac, Linux.

Dans les choses que j’aime moins : pas de mode multi joueurs en ligne, plutôt orienté course avec un seul circuit pour vraiment s’éclater en freestyle.

Velocidrone

Velocidrone est quand a lui soutenu par Team Black Sheep, c’est donc aussi plus sérieux. En termes de fonctionnalités il est plus riche que Liftoff puisqu’il permet le mode multi-joueurs (courses en ligne contre de vrais pilotes) et comporte également des circuits permettant de pratiquer le freestyle.

Il y’a plus de réglages et l’installation directe m’a semblé plus compliqué sous Mac. Rien de sorcier néanmoins cependant la lecture du manuel est un plus.

VelociDrone permet l’utilisation des PID à la Betaflight pour les utilisateurs avancés.

On trouve bien évidemment dans la version complète une sélection de quads de course et de freestyle et des circuits réels (Redbull Ring DR.ONE par exemple).

The Drone Racing League Simulator

Ce simulateur est édité par la Drone Racing League et est donc orienté course. Attention, si vous êtes trop bons vous risquez de vous voir invité à des vraies courses et de vous voir proposer de l’argent 🙂

Pas testé personnellement car trop orienté course.

Autres simulateurs

A mentionner aussi :

FPV Freerider (5$) qui est pas mal pour débuter mais moins riche qu’un Liftoff ou un VelociDrone.

Conclusion

Personnellement utilisateur de Liftoff et VelociDrone j’ai constaté vraiment une progression de ma maitrise du vol en utilisant le simulateur. En effet le comportement est très proche d’un vrai quad et il permet de pratiquer pendant des heures des manoeuvres sans devoir se préoccuper de la batterie, de la météo, de casser quelque chose.

Il faut savoir que si vous avez des lunettes FPV il est relativement facile de les utiliser en les raccordant à l’ordinateur et avoir une simulation totale (les Fatshark et leur connecteur mini HDMI se raccordent directement sur un HDMI normal par exemple, pour les autres une sortie PC vers jack video fera l’affaire également).

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire